Cendrillon habillée de cendres et de suie

oici mon projet de Cendrillon, héroïne du conte éponyme qui fait écho à celui de Ludivine Fleury Photographette, dont la série de belles photos que vous trouverez sur sa page m’a inspirée car elle interprète différemment une héroïne qu’on se représente de prime abord avec la belle robe de bal qu’on lui connait mais dont le sombre quotidien est très vite balayé par cette seule soirée et ses célèbres chaussures de « vair » (fourrure de petit rongeur et non pas en verre).

Donc suivant cette inspiration, j’ai imaginé comment faire tenir de la cendre pour la faire entrer dans la composition de la robe et ce fut évident comme un coup de baguette de colle!

Ayant l’immense chance de disposer d’une cheminée, il ne fut pas compliqué de trouver la matière première.

Donc j’ai fait fondre la colle en la mélangeant au fur et à mesure à de la cendre pour obtenir un résultat non homogène et garder l’aspect brut de cette dernière.

Je l’ai travaillé entre 2 morceaux de papier sulfurisé avec une balle de tennis, en rajoutant des paillettes cendrées de temps en temps et en réchauffant au pistolet à chaleur quand la préparation du « tissu » devenait trop épaisse.

Ensuite j’ai pu découper chaque élément de la robe en la collant au fur et à mesure sur le jupon, puis en l’associant au buste en papier recyclé roulé, corps traditionnel chez moi. J’ai marqué la taille en me servant d’un morceau de ruban qu’une gentille dame sur un salon m’avait donné en plus de tous ses coupons de tissus.

L’ADN de mes poupées se mélange toujours à la réutilisation de matériaux et à la gentillesse des gens qui pensent à moi quand ils ont des matériaux dont ils ne voient pas l’utilité pour eux-même. Quand vous m’achetez des créations, en plus de me faire vivre, vous avez entre les mains des morceaux éparses de gentillesse, d’idées et d’heures de tests, et cela veut aussi dire que l’up cycling n’est pas qu’un concept! Acheter une création up cyclée, c’est promouvoir un déchet qui a réussi dans sa reconversion! Ils sont aussi le rappel que les limites n’existent pas dans le monde des idées, et qu’ensemble on peut penser à des choses qu’individuellement on aurait mis plus de temps à mettre au jour.

Je remercie ces personnes qui me poussent à réfléchir toujours à faire évoluer mes techniques pour inclure d’autres supports et je vous assure que sortir de sa zone de confort est très gratifiant plutôt que de ne pas essayer et de laisser ce projet à l’état de fantôme. Les fantômes sont les restes d’idées qui ne demandent qu’à être testées pour enfin reposer en paix et cesser d’encombrer notre cerveau. On peut les remercier d’être là pour nous faire tenter de nouvelles expériences et de s’évaporer le moment venu.

Une structure de robe en colle chaude ouvre beaucoup de perspectives quant à la création des volumes qu’elle peut générer! C’est une nouvelle aventure qui s’ouvre pour moi et même si je suis contente de cette petite figurine aujourd’hui, je sais qu’elle me fera sourire plus tard par ses maladresses, c’est la magie de l’évolution et de l’apprentissage sans cesse de nouvelles choses!

Comments: 2

  1. Manon Godard says:

    Je trouve que cette création dégage de la poésie, alors que ce n’est pas naturellement ce que l’on penserait en pensant à de la cendre. J’adore lire comment tu donnes vie à tes poupées, c’est toujours intéressant !

    • Lisa_Tiret76 says:

      Merci Manon, il était temps que je revienne sur mon blog, tes commentaires sont toujours positifs et encourageants 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *